Raccordement de mon logement à la fibre optique

Je reprends aujourd’hui ma plume pour vous parlez de l’installation de la fibre optique dans mon appartement à Grenoble.

J’ai fait installé la fibre chez moi après avoir découvert avec joie que mon logement était éligible. Le syndic a signé avec Orange pour fibrer l’immeuble. Le réseau déployé dans mon immeuble est un réseau monofibre, c’est à dire que chaque logement dispose d’une fibre. Si un autre opérateur souhaite proposer l’accès à son réseau fibré, il devra donc installer ces propres équipements au niveau du point de mutualisation.

La particularité de mon appartement est qu’il se trouve dans un petit collectif de logements situé à l’arrière d’un grand immeuble. Il est rattaché à cet immeuble et dépend de son syndic. Il a été nécessaire de faire passer une fibre dehors le long d’un mur. Cette opération nécessite une autorisation spécifique du syndic.

Je vous propose maintenant de découvrir en images le raccordement de mon logement à la fibre optique.

1. Raccordement de la prise terminale optique (PTO) située dans le logement au point de branchement optique dans l’immeuble (PBO)

C’est cette étape qui prend le plus de temps lors de l’installation pour le technicien. Il a d’abord passé la fibre de mon appartement vers l’extérieur grâce à un fourreau déjà existant.

Câble de raccordement final

Ensuite, il a fixé la fibre le long du mur extérieur pour rejoindre le PBO situé au premier étage de l’immeuble. Près de 40m de fibre ont été nécessaires.

Câble de raccordement final

2. Raccordement au PBO

L’immeuble dispose de deux colonnes montantes de plusieurs fibres. Le point de branchement optique est le point d’interconnexion du réseau vertical de l’immeuble et du câble servant au raccordement final tiré précédemment.

Afin de raccorder les deux fibres ensemble, il est nécessaire de faire une soudure à chaut. C’est ici que l’installation se complique pour le technicien. Il s’y est repris une dizaine de fois afin d’avoir une soudure parfaite pour éviter des pertes de débit. Si ma professeur de télécommunications avait été là, elle serait montée sur ses grand chevaux en voyant le peu de précautions que le technicien prenait. Je me suis souvenu de ses conseils et je lui ai suggéré de les mettre en oeuvre.

3. Raccordement de la fibre de la colonne montante au point de mutualisation (PM)

Il s’agit de la dernière étape, elle est très simple. Il suffit de brancher le connecteur de la fibre sortant de la colonne montante à la bonne prise du point de mutualisation de l’équipement d’Orange située dans le sous-sol de l’immeuble.

Point de mutualisation

4. Installation de la prise terminale optique dans l’appartement

C’est à cette prise qu’est raccordée la box opérateur, ici la livebox. Dans mon cas, cette prise a été installée en remplacement de la prise téléphonique standard. Le travail a été fait proprement grâce aux fourreaux déjà présent dans mon logement.

Prise terminale optique

Toutes ces étapes on nécessités environ deux heures. J’ai donc maintenant, enfin, accès, au très haut débit. Je vous laisse admirer le débit auquel j’ai accès!

Débit

Si vous souhaitez plus de renseignements à propos de l’installation de la fibre optique, l’Arcep a créé des documents très bien fait. Ils sont disponibles ici et ici.

Domotique au service du GreenIT

En DUT, nous avons des projets tutorés à réaliser. J’ai travaillé pendant deux ans sur un projet nommé Green IT avec deux camarades. Ce projet visait à initier une conscience écologique au sein du département Réseaux et Télécommunications de l’IUT de Saint Malo.

En première année, nous avons fait un bilan de consommation des appareils électroniques du département et un bilan de consommation de papier. Cette année, nous avons réalisé une maquette afin de montrer qu’il est possible de faire des économies d’énergies grâce aux nouvelles technologies.

La maquette que nous avons effectuée s’articule autour d’un commutateur avec IOS 15.2 supportant la technologie EnergyWize de Cisco. Cette technologie permet de gérer l’alimentation des ports POE. Grâce à elle, il est aussi possible de programmer des extinctions des équipements brancher en POE sur des commutateurs. Ainsi, en mettant une règle d’extinction pour la nuit, il est possible de faire des économies d’énergie. Sur le commutateur sont branchés deux téléphones et une borne wifi PoE. Un raspberry et un PC sont aussi branchés au commutateur. Le PC fait office de serveur DHCP et web. Le raspberry fait office de serveur téléphonique.

Nous avons créé une interface web à l’aide de différents langages. Le HTML et le CSS sont utilisés pour la mise en forme de la page. Un formulaire PHP permet de lancer des fichiers Perl activant ou désactivant l’alimentation des interfaces du commutateur.

GreenIT

Test de la lampe connectée Smart Lamp de Holî

11824442266_3b352f9978_b

Aujourd’hui je publie mon premier test sur mon site et c’est un objet connecté commercialisé récemment. Smart Lamp de Holî est une lampe connectée conçue par une toute jeune startup Lyonnaise répondant au nom de FiveFive.

Une lampe d’ambiance

J’ai découvert cette lampe en cherchant un produit similaire au LivingColors de Philipps mais pouvant être commandé par son smartphone. Contrairement à ce que j’ai pu lire sur certains sites, il est certainement plus judicieux de comparer cette lampe au LivingColors plutôt qu’aux ampoules connectées comme les Philipps Hue. En effet, elle ne sert pas d’éclairage permanent. Il s’agit d’une lampe d’ambiance. La lampe utilise la technologie Bluetooth pour être contrôlable avec une application smartphone. J’aurais préféré le wifi car, à l’utilisation, la connexion Bluetooth se révèle parfois instable avec des pertes de contrôle de la lampe. Un bouton physique est tout de même présent sur l’objet permettant ainsi de l’allumer et de l’éteindre avec une lumière blanche.

Les fonctionnalités

La Smart Lamp est capable de créer de nombreuses ambiances lumineuses grâce aux 18 LEDs disposées à l’intérieur du cadre en métal. L’application permet d’utiliser des ambiances prédéfinies mais aussi de créer ses propres ambiances statiques ou dynamiques. Il est possible de paramétrer un réveil tout en lumière sur l’application. Vingt minutes avant l’heure programmée, la lumière commencera alors à s’allumer progressivement.

Une des principales fonctionnalités est la possibilité de faire varier la lumière en rythme avec la musique. Cela fonctionne très bien et le rendu est plutôt agréable. Il est par contre obligatoire de passer par l’application pour lancer la musique. On est donc limité à notre bibliothèque iTunes. Moi qui utilise Spotify, j’apprécierais vraiment que d’autres services musicaux soient pris en charge.

La vidéo que j’ai effectué montre quelques fonctionnalités de l’application dont celle de lumière en rythme avec la musique.

Conclusion

Je suis très emballé par cette lampe. Je peux choisir à ma guise les couleurs et les animations de lumière dont j’ai envie. Je l’utilise quotidiennement le matin et le soir. Je la conseille à toute personne souhaitant une lampe d’ambiance. Elle est bien conçue, le design est plutôt réussie et en plus c’est un objet Français! Holî est disponible sur le site de FiveFive et dans les Apple Store Européens au prix de 200€. L’application est téléchargeable seulement sur iOS pour le moment mais la compatibilité avec Android est annoncée et devrait arrivée prochainement.

Les plus :

  • Lampe design et innovante
  • Application iOS réussite
  • Lumière en rythme avec la musique

Les moins :

  • Prix un peu élevé
  • Quelques soucis de connexion en Bluetooth
  • Holî
  • Holî
  • Holî
  • Holî

Edit (07/03/2014) : La mise à jour de l’application (Holî 1.2.0) apporte la compatibilité avec Spotify et Deezer comme annoncer dans le commentaire sur l’article. Elle corrige aussi des instabilités en bluetooth.

Quel avenir pour nos données sur internet?

Voici un petit billet écrit rapidement suite à une mésaventure qui m’est arrivée.

Aujourd’hui, mercredi 27 mars 2013, Facebook s’est permis de supprimer mes publications de 2012 et 2013. Elles ont disparu de ma timeline et de mon historique personnel mais je doute qu’elles soient supprimées des milliers de serveurs dont dispose Facebook.
Certe, ce n’est peut être qu’un bug temporaire mais Facebook ne devrait pas oublier que les millions de dollars engrangés proviennent de tout ce qu’on poste dessus. Nous sommes les clients, et le client est roi. Alors, comment une telle firme peut se permettre ce genre de problèmes? Ceci dit, pour moi le plus inquiétant est ailleurs.
Nos usages de l’informatiques sont de plus en plus déportés sur le web. On utilise dropbox, google drive, des webmails, etc. Toutes nos données se trouvent sur des serveurs dans le « cloud ». Personne ne sait où se trouve précisément nos fichiers. Comment peut-on avoir confiance dans la pérennité de toutes nos informations? Aura-t-on encore accès à nos données dans 10, 15 ou 30 ans? Et si on pouvait tout perdre? Par exemple, Google peut très bien décider d’arrêter Google Drive du jour au lendemain à l’image de se qu’ils ont fait avec reader.
Quelles solutions à ces problèmes? Peut-être que ces entreprises devraient être mieux encadrer juridiquement. Cela mériterait un grand débat au niveau international pour faire prendre conscience au grand public que les nouveaux usages du web peuvent entrainer des dérives de la part des firmes en position de monopole.

Edit : Quelques jours après, j’ai retrouvé toutes mes données mais sans un mot de Facebook.